PARTAGER

Programmation scientifique

Projets de recherche

 

 

Études sectorielles

Les études sectorielles effectuées par l’Observatoire ont pour but d’analyser des catégories d’aliments et de suivre leur évolution dans le temps. Ces études visent à obtenir une vue d’ensemble en mettant à l’avant-plan certaines caractéristiques telles que la composition nutritionnelle, l’information sur l’emballage, le prix de vente, les achats, etc.

Le processus de sélection des catégories d’aliments à l’étude est une démarche rigoureuse basée sur :

  • les résultats d’une consultation réalisée auprès des membres du comité des utilisateurs, ce qui assure l’utilité sociale des travaux scientifiques de l’Observatoire;
  • différents critères élaborés par le comité scientifique pour que les catégories à prioriser représentent une grande variété d’aliments et soient reliées à une problématique nutritionnelle pouvant affecter la santé de la population.

 Chaque catégorie d’aliments retenue doit :

  • démontrer une grande variabilité concernant la qualité de l’aliment (ex. : composition, ingrédients, prix) de même qu’un potentiel d’amélioration pouvant amener un changement dans l’offre alimentaire;
  • avoir un taux de pénétration élevé dans l’ensemble des ménages qui se reflète dans la consommation de la population.

Contexte et objectifs

La Vision de la saine alimentation (MSSS, 2010) considère la saine alimentation comme étant multidimensionnelle et invite les acteurs des milieux à améliorer leur offre au-delà de la valeur nutritive des aliments. Elle présente cinq dimensions de la saine alimentation, soit les dimensions biologique, socioculturelle et économique, de même que celles liées à la sécurité alimentaire et au développement durable. Or, nous détenons peu d’informations sur la façon dont les intervenants locaux et régionaux prennent en compte ces différentes dimensions lors de l’évaluation de l’offre d’aliments disponibles dans différents milieux de vie. De plus, au niveau provincial, l’Observatoire sur la qualité de l’offre alimentaire débute ses travaux afin notamment de se doter d’une stratégie commune pour la surveillance de l’offre alimentaire d’abord au Québec, puis également au Canada. En ce qui concerne la littérature scientifique, des revues systématiques ont répertorié les instruments et méthodes disponibles pour mesurer l’environnement alimentaire et ont analysé l’utilité, la faisabilité et la validité/fiabilité des outils. Des rapports gouvernementaux rapportent également des synthèses de la littérature à ce sujet. Toutefois, aucune étude n’a répertorié les instruments de collecte québécois, publiés ou non, évaluant l’offre alimentaire dans différents milieux de vie, ni analysé les dimensions des aliments considérées. Ainsi, ce projet a pour but de documenter l’état des faits en répertoriant et analysant les outils de mesure utilisés dans différents milieux de vie au Québec entre 2005 et 2015, publiés ou non, et en documentant leur appréciation par les intervenants.

Méthodes

Les instruments ont été identifiés en contactant des experts de domaines diversifiés et en consultant des sites gouvernementaux (littérature grise) et des bases de données bibliographiques (littérature scientifique). L’analyse a été effectuée indépendamment par deux analystes en utilisant un formulaire d’extraction des données standardisé, pré-testé et accompagné d’une légende claire définissant chacune des catégories. Ces dernières ont été préalablement identifiées par une revue de la littérature récente dans le domaine, en y ajoutant notamment les cinq dimensions de la Vision de la saine alimentation . Pour explorer l’appréciation des intervenants, un échantillonnage intentionnel des outils a été réalisé et les intervenants ont participé à une entrevue téléphonique semi-structurée enregistrée (durée de 60 minutes). Ils ont été questionnés sur les bases théoriques utilisées pour bâtir leur outil,  les facteurs facilitants et les défis rencontrés à chaque étape de leur projet/étude (élaboration de l’outil, collecte et analyse des données), les forces et limites perçues de leur outil ainsi que leurs recommandations pour l’avenir. Une analyse thématique inductive a été effectuée sur les verbatim d’entrevues transcrits et révisés, assistée du logiciel NVivo.

Résultats

Affiche présentée aux JASP, décembre 2015

Affiche présentée à la SQLNM, 2016

Répertoire des outils (par type de milieux de vie - SVP contactez les auteurs-es pour plus d’information)
5 milieux de vie où les outils ont évalué l’offre alimentaire : 

Synthèse des résultats qualitatifs

Retombées

Ce projet novateur a permis de dresser un portrait des outils actuellement utilisés au Québec dans différents milieux de vie et d’explorer les enjeux et les recommandations émis par un échantillon d’intervenants qui les ont bâtis et utilisés sur le terrain, lesquels se retrouvent également dans la littérature. Il a répondu aux besoins de répertorier, synthétiser et diffuser les connaissances tant empiriques que scientifiques au sujet des outils et de la démarche permettant d’évaluer l’offre alimentaire au Québec. Les résultats de ce projet auront des retombées pratiques et scientifiques, tant pour l’Observatoire de la qualité de l’offre alimentaire que pour d’autres organisations publiques ou privées s’intéressant aux enjeux de l’évaluation de l’offre alimentaire, et ils contribueront à l’avancement des connaissances scientifiques en nutrition en santé publique.

Étude sur les céréales à déjeuner

Étude sur les céréales à déjeuner

La première étude sectorielle entreprise par l’Observatoire porte sur les céréales à déjeuner. Le choix de cette catégorie s’appuie sur une revue de la littérature effectuée par l’équipe de recherche qui démontre les faits suivants :

  • Les céréales à déjeuner représentaient 11% des portions de produits céréaliers consommés quotidiennement par les Québécois en 20041.
  • Elles représentaient également 2,3 % de l’apport calorique de la journée et 3,4% de l’apport en glucides des Québécois1.
  • Pour 25% des Canadiens, les céréales à déjeuner sont l’élément principal composant leur repas le matin2.
  • Les achats des Québécois pour les céréales à déjeuner ont été stables entre 2006 et 2010 et ils ont représenté 16% des achats de produits céréaliers3.
  • Selon une étude du NHANES (1999-2006), les jeunes adultes qui consomment un déjeuner à base de céréales prête-à-servir étaient 31% et 39% moins susceptibles d’être en surplus de poids ou obèses ou de présenter de l’obésité abdominale comparativement à ceux qui ne déjeunaient pas. Comparativement à ceux qui consommaient un « autre type de déjeuner », ceux qui consommaient le déjeuner de type « céréales prête-à-servir » étaient 22% et 31% moins susceptibles d’être en surpoids ou obèses ou de présenter de l’obésité abdominale, respectivement4.
  • La consommation de céréales à déjeuner est associée à une meilleure qualité nutritionnelle5-7, à de meilleures performances mentales et physiques8,9 et à un poids corporel plus faible10-12. Par exemple, chez les gens de 55 ans et plus, une consommation plus fréquente de céréales à déjeuner est associée à un apport plus élevé de fibres, de grains entiers et de la majorité des micronutriments13. De plus, une étude effectuée auprès de personnes à faible revenu a révélé que lorsqu’ils étaient comparés aux non-consommateurs, les consommateurs de céréales à déjeuner avaient également des apports supérieurs en plusieurs vitamines et minéraux14. Par ailleurs, une plus grande consommation de céréales à déjeuner est corrélée positivement avec le profil en macronutriments ainsi qu’avec les apports en thiamine, riboflavine et vitamine B615.

Par ailleurs, il a été rapporté que les céréales à déjeuner sont souvent très transformées16. Ainsi, bien que plusieurs études concluent que les céréales à déjeuner peuvent contribuer positivement à la qualité nutritionnelle de l’alimentation, il existe une grande variabilité dans l’offre alimentaire des céréales ainsi que pour leur public cible. Afin d’établir le portrait de la situation concernant les céréales à déjeuner, voici donc les questions de recherche auxquelles nous nous intéresserons particulièrement :

  • Quelle est la composition nutritionnelle (en ciblant particulièrement les nutriments suivants : sucre, fibres, gras et sodium) et les différences possibles au niveau des comportements d’achats en lien avec la qualité nutritionnelle?
  • Quelle est l’information disponible sur l’emballage (p. ex., publicité, logo, allégation) et quelles sont les influences possibles sur la composition nutritionnelle et les comportements d’achats?
  • Y-a-t-il des différences, selon les milieux sociodémographiques, en ce qui a trait aux comportements d’achats en lien avec la composition nutritionnelle et l’information disponible sur l’emballage?
  • Existe-t-il des différences selon la qualité nutritionnelle sur le prix de vente au détail de ces produits?


Références

  1. Blanchet C, Plante C, Rochette L. La consommation alimentaire et les apports nutritionnels des adultes québécois. Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (Cycle 22), Québec, Institut national de santé publique du Québec 2009.
  2. Hitayezu F. BioClips Actualité bioalimentaire. Vol. 22, n 33, 25 novembre 2014.  http://wwwmapaqgouvqcca/SiteCollectionDocuments/Bioclips/Bioclips2014/Volume22_numero_33_25novembre2014pdf2014.
  3. Blanchet C, Rochette L. Les achats alimentaires des Que?be?cois de 2006 à 2010 au regard de la saine alimentation. Institut national de santé publique du Québec 2014.
  4. Deshmukh-Taskar P, Nicklas TA, Radcliffe JD, O'Neil CE, Liu Y. The relationship of breakfast skipping and type of breakfast consumed with overweight/obesity, abdominal obesity, other cardiometabolic risk factors and the metabolic syndrome in young adults. The National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES): 1999-2006. Public Health Nutr 2013;16:2073-82.
  5. Albertson AM, Thompson D, Franko DL, Kleinman RE, Barton BA, Crockett SJ. Consumption of breakfast cereal is associated with positive health outcomes: evidence from the National Heart, Lung, and Blood Institute Growth and Health Study. Nutr Res 2008;28:744-52.
  6. Williams P. Breakfast and the diets of Australian children and adolescents: an analysis of data from the 1995 National Nutrition Survey. Int J Food Sci Nutr 2007;58:201-16.
  7. Gibson SA, Gunn P. What’s for breakfast? Nutritional implications of breakfast habits. Insights from the NDNS dietary records. . Nutrition Bulletin 2011;36:78-86.
  8. Nicklas TA, Myers L, Reger C, Beech B, Berenson GS. Impact of breakfast consumption on nutritional adequacy of the diets of young adults in Bogalusa, Louisiana: ethnic and gender contrasts. J Am Diet Assoc 1998;98:1432-8.
  9. Rampersaud GC, Pereira MA, Girard BL, Adams J, Metzl JD. Breakfast habits, nutritional status, body weight, and academic performance in children and adolescents. J Am Diet Assoc 2005;105:743-60; quiz 61-2.
  10. Albertson AM, Anderson GH, Crockett SJ, Goebel MT. Ready-to-eat cereal consumption: its relationship with BMI and nutrient intake of children aged 4 to 12 years. J Am Diet Assoc 2003;103:1613-9.
  11. Kosti RI, Panagiotakos DB, Zampelas A, et al. The association between consumption of breakfast cereals and BMI in schoolchildren aged 12-17 years: the VYRONAS study. Public Health Nutr 2008;11:1015-21.
  12. Williams BM, O'Neil CE, Keast DR, Cho S, Nicklas TA. Are breakfast consumption patterns associated with weight status and nutrient adequacy in African-American children? Public Health Nutr 2009;12:489-96.
  13. Albertson AM, Wold AC, Joshi N. Ready-to-Eat Cereal Consumption Patterns: The Relationship to Nutrient Intake, Whole Grain Intake, and Body Mass Index in an Older American Population. J Aging Res 2012;2012:631310.
  14. Holmes BA, Kaffa N, Campbell K, Sanders TA. The contribution of breakfast cereals to the nutritional intake of the materially deprived UK population. Eur J Clin Nutr 2012;66:10-7.
  15. van den Boom A, Serra-Majem L, Ribas L, et al. The contribution of ready-to-eat cereals to daily nutrient intake and breakfast quality in a Mediterranean setting. J Am Coll Nutr 2006;25:135-43.
  16. Cordain L, Eaton SB, Sebastian A, et al. Origins and evolution of the Western diet: health implications for the 21st century. Am J Clin Nutr 2005;81:341-54.

Fonds de bourse

L’Observatoire de la qualité de l’offre alimentaire se veut un dispositif permettant de suivre objectivement l’évolution de la qualité de l’offre alimentaire des aliments commercialisés aux Québec et les impacts de l’amélioration de cette offre sur les comportements d’achat des consommateurs. L’Observatoire souhaite faire converger les objectifs de tous les intervenants concernés tant par l’amélioration et de l’état de santé des Québécois que par le développement de l’économie des entreprises bioalimentaires. Ce Fonds de bourses vise donc à soutenir les étudiants gradués dont les travaux de recherche s’articulent autour des enjeux liés à l’Observatoire.

Liste des lauréats 2016

 

Projet terminé

Scan environnemental des instruments de mesure utilisés au Québec évaluant l’offre alimentaire dans différents milieux de vie (2005-2015)