PARTAGER
04 mars 2020

Nouvelles évidences sur la consommation d’œufs


Une étude du chercheur Jean-Philippe Drouin-Chartier publiée

Consommer jusqu’à un œuf par jour n’est pas associé à un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires, selon une nouvelle étude publiée dans le British Medical Journal, signée par Jean-Philippe Drouin-Chartier, chercheur à l’INAF et professeur à la Faculté de pharmacie de l'Université Laval.

Réalisée dans le cadre du stage postdoctoral du jeune chercheur à l’école de santé publique de Harvard, l’étude comprend d’abord une analyse sur plus de 200 000 individus vivants aux États-Unis et ayant été suivis durant 32 ans. L’équipe de chercheurs a également conduit une méta-analyse, incluant 28 études de cohortes prospectives et 1.7 millions d’individus.

Le lien entre la consommation d’œufs et les risques de maladies cardiovasculaires fait l’objet d’un débat récurrent dans la communauté scientifique. Dans les 12 derniers mois seulement, trois études rapportant des résultats contradictoires ont été publiées.

« Des études récentes ont alimenté la cacophonie nutritionnelle à ce sujet. Cependant, notre méta-analyse se base sur toutes les études portant sur les œufs et le risque de maladies cardiovasculaires publiées à ce jour. Elle amène donc des preuves substantielles démontrant qu’une consommation modérée d’œufs n’est pas associée à un risque de maladies cardiovasculaires plus élevé », précise M. Drouin-Chartier.

À lire sur le sujet : 

Un oeuf par jour n'augmente pas le risque cardiovasculaire, ULaval nouvelles, 4 mars 2020 

Les œufs n'augmenteraient pas le risque de maladie cardiovasculaire, La Presse, 5 mars 2020