PARTAGER
09 janvier 2018

Les chercheurs de l'INAF très présents dans les médias dernièrement


Les petits fruits nordiques, les aliments fermentés, les algues, les norovirus... les sujets sont variés!

Le père Noël souffrira peut-être moins des effets néfastes de l'obésité si les scientifiques confirment chez l'humain l'effet des polyphénols des petits fruits nordiques testés chez les souris soumis à un régime riche en gras et en sucre. Ces molécules anti-inflammatoires extraites de la chicouté, de la busserole alpine et de l'airelle rouge par une équipe de chercheurs de l'INAF et de l'IUCPQ, réduiraient l'accumulation d'acides gras au foie et permettraient de mieux métaboliser l'excès d'insuline dans le sang, réduisant ainsi la résistance à l'insuline. Les polyphénols agiraient sur le microbiote intestinal en favorisant les microorganismes bénéfiques et en restaurant l'intégrité de la barrière intestinale, insiste le professeur André Marette, membre de l'équipe. (Le Fil, Radio-Canada)

L'équipe scientifique du professeur-chercheur Jean-Sébastien Deschênes, de l'UQAR et membre de l'INAF, travaille sur un procédé de production de l'enzyme bêta-galactosidase par une algue nourrie au lactosérum, principal coproduit de l'industrie fromagère. L'intérêt de cette enzyme est qu'elle élimine la présence de lactose dans certains aliments. Elle ouvre également la voie à la création de nouveaux procédés de transformation alimentaire, selon le professeur Deschênes. (Radio-Canada)

Les gras trans doivent définitivement être éliminés des aliments au Canada depuis le début de l'année 2018 à cause de leur effet néfaste sur la santé chez l'humain. Le chercheur de l'INAF, Benoît Lamarche, s'inquiète cependant du respect de la réglementation par l'industrie alimentaire. Selon lui, il faudra que les autorités déploient des efforts majeurs de suivi et d'évaluation afin de s'assurer du respect de l'engagement de l'industrie. (Entrevue, L'heure du Monde, R-C)

Côté tendances en alimentation pour 2018, les aliments fermentés seront particulièrement recherchés par les consommateurs, croit le chercheur André Marette. Il ajoute que les sucres simples remplacent dorénavant les gras saturés comme ennemi juré de la santé. (La Presse)

Au laboratoire de virologie alimentaire, dirigé par la chercheuse de l'INAF Julie Jean, les recherches portent sur le contrôle et la prévention des infections virales d'origine alimentaire. Les norovirus, par exemple, résistent très longtemps sur les surfaces et dans la nourriture et sont la cause de nombreuses gastro-entérites. Plusieurs stratégies et traitements d'inactivation des virus sont actuellement testés, tels que l'utilisation de chaleurs élevées, les lumières pulsées et les désinfectants chimiques. (La Terre de chez nous)